Pièces de rechange automobile au Maroc : Le CETIEV pointé du doigt !

Écrit par mekanikus

pieces-rechange-automobile-Maroc 1

Le Groupement Interprofessionnel de l’automobile au Maroc (GIPAM) pointe du doigt les lourdeurs constatées au niveau du Centre Technique des Industries des Equipements pour Véhicules (CETIEV) dans sa réalisation de ses tests de conformité pour les pièces de rechange automobile.

Le GIPAM accuse le CETIEV de mettre trop de temps pour effectuer les différents tests de conformité obligatoires, pénalisant de fait les importateurs qui voient leurs produits bloqués au port et générant de fait des surcoûts pour ceux-ci.

Le GIPAM va même plus loin en affirmant que les coûts liés à ces essais de conformité sont devenues, dans certains cas, ” exorbitants “.

Les membres du GIPAM se disent toutefois très favorables à l’application des normes obligatoires en matière d’équipements et de pièces de rechange automobile au Maroc. Pour eux, il s’agit d’une condition importante pour ” assainir le marché et empêcher son inondation par des produits défectueux voire frauduleux “.

Cependant, ils reprochent à ces normes de ” placer tous les professionnels sur un même piédestal alors qu’il faudrait considérer différemment les importateurs sérieux qui importent des produits respectant les normes de ceux qui importent des produits douteux, les plaçant au même titre que les agents de marque des véhicules “.

Toujours selon le GIPAM, les pièces usagées importées par les ferrailleurs ne sont pas soumises par le ministère du commerce et de l’industrie au contrôle de leur conformité par rapport aux normes marocaines rendues d’application obligatoire !

Pour le groupement, il s’agit d’une ” bourde ” qui est de nature à pénaliser en premier lieu les fabricants et les importateurs de pièces neuves qui subissent ce contrôle avec toutes ses conséquences en termes de coûts et de délais, ce qui fragilise leur compétitivité.

Contactés par Mekanikus, les membres du CETIEV sont demeurés injoignables.