Mehdi Bennani veut gagner le WTCC Trophy ce weekend au Qatar

Écrit par mekanikus

mehdi-bennani

Mehdi Bennani est fin prêt pour le baisser de rideau du championnat WTCC de la FIA au Qatar ce weekend. En tant que pilote arabe convoitant un titre mondial FIA de sport automobile, Mehdi Bennani considère la Course WTCC du Qatar comme sa deuxième épreuve à domicile après la manche d’ouverture de la saison, la Course WTCC du Maroc, courue à Marrakech

Avec deux courses à disputer et 60 points maximum à aller chercher, Mehdi Bennani peut encore mathématiquement remporter le titre au général, même s’il doit combler un retard de 39,5 points sur le leader Thed Björk.

Mais il est surtout en bonne position pour remporter le titre en WTCC Trophy pour les indépendants : Bennani occupe en effet la première place de ce classement pour un demi-point devant son équipier du Sébastien Loeb Racing, Tom Chilton, dans sa quête pour conserver le trophée qu’il a décroché en 2016.

« Je veux donner mon maximum pour les supporters arabes, et ramener un trophée au Maroc », a déclaré Mehdi Bennani, qui abordera le Qatar gonflé à bloc fort de sa récente victoire lors de la Course d’Ouverture à Macao. « Nous attaquerons au maximum et j’espère réaliser le podium. »

La course au Qatar de l’an passé fut mémorable pour Mehdi Bennani, à tous les niveaux, après qu’il ait décroché sa première pole position DHL, puis la victoire lors de la Course Principale.

« C’était une très bonne qualification et une très bonne course », rappelle Mehdi Bennani. « Tout est allé dans le bon sens car nous étions plus rapides que les pilotes officiels Citroën et c’était très bien. C’était ma première pole position. Le tour était assez magique et mon ingénieur m’a beaucoup aidé, me disant que je n’avais rien à perdre. Certains ont dit que j’avais fait la pole car d’autres pilotes ont fait des erreurs, mais je l’ai méritée car je n’ai fait aucune faute. La Course Principale était très difficile avec tous ces pilotes rapides derrière moi. J’ai essayé de rouler comme en qualifications pendant 12 ou 13 tours, et la seule chose à laquelle je pensais était que j’allais gagner ou que j’allais mettre ma voiture dans le mur. Je voulais absolument gagner cette course », explique-t-il.